La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 ECONOMIE ET CONSOMMATION

 
 

Lectures d'actualité - Le procès en défense de l’élevage et de la viande

|Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf |

Présentation et analyse du livre « La viande voit rouge » (1) de René LAPORTE et Pascal MAINSANT(2)

(1) René LAPORTE et Pascal MAINSANT - LA VIANDE VOIT ROUGE ; Fayard, Paris, 2012
(2) René Laporte est ingénieur agronome, ancien dirigeant d’organisations professionnelles du commerce et de l’industrie du bétail et de la viande. Il est désormais consultant. Pascal Mainsant est ingénieur agro zootechnicien, ancien ingénieur de recherches à l’INRA, au département économie des filières viandes

L’objet de cette synthèse est de présenter le livre « La Viande voit rouge » de Pascal Mainsant et René Laporte et d’en faire une analyse par chapitre.

INTRODUCTION

La Viande voit rougeLe livre de PASCAL MAINSANT et RENE LAPORTE La Viande voit Rouge met en lumière la conjonction récente d’arguments jusqu’ici épars qui viennent à l’appui d’une critique globale et de plus en plus radicale de la production et de la consommation de produits carnés. Celle-ci a pris une ampleur croissante depuis cinq ans, avec la publication répétée de livres et d’articles de presse et la diffusion de reportages télévisés.

Selon les auteurs, un courant de pensée anti-viande  constitué de personnes ou d’associations d’horizons divers se serait constitué de façon informelle ces dernières années et pèserait dans le débat public. Le livre se propose de répondre de façon systématique aux principaux arguments délégitimant la production et la consommation de viande et de remettre en cause, y compris par l’absurde, les appels à la non-consommation de viande ou à la disparition de l’élevage d’animaux de rente. Selon les auteurs, de telles évolutions auraient des conséquences catastrophiques en matière d’économie, d’environnement et de santé humaine.

R.LAPORTE ET P.MAINSANT désignent ce courant de pensée par l’expression "front anti-viande", non organisé car composé de petits groupes très actifs aux motivations diverses mais qui convergent dans une critique radicale de l’élevage et de la consommation de viande. Les principaux griefs traités dans le livre sont les suivants : l’homme ne serait pas intrinsèquement destiné à manger de la viande ; la viande induirait une exploitation outrancière et illégitime des animaux ; elle serait vecteur de maladies, cardio-vasculaire, cancer, etc ;  ; la viande et l’élevage favoriseraient les famines dans le monde par surexploitation des terres à céréales ; l’élevage et la viande seraient significativement responsables du réchauffement climatique en raison des émissions importantes de gaz à effet de serre attribués aux animaux d’élevage en particulier les ruminants. La réponse est organisée autour de six affirmations.

 

Lire la suite...

La gestion des ressources humaines dans les entreprises du secteur viande

Diagnostic des points de blocage et des leviers d’action

|Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format PDF |

L’étude DEMINOV–VPC avait pour objectif de construire une démarche innovante pour renforcer le capital humain des entreprises des secteurs viandes. Cette étude a été conduite par l’ADIV de novembre 2008 à octobre 2011 en partenariat avec quatre fédérations professionnelles et le concours financier du Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, du fond social Européen et du Conseil Régional Auvergne.

RH 340CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les entreprises des secteurs viandes sont confrontées depuis plusieurs années à un déficit important de main-d’oeuvre. Les chefs d’entreprises ou responsable des ressources humaines en leur sein déplorent par ailleurs une inadaptation des compétences disponibles sur le marché de l’emploi avec la réalité de leurs besoins et font part de leur difficulté à faire évoluer leur main d’oeuvre au sein de l’entreprise. Les investigations menées de juin 2009 à août 2010 auprès d’un panel de plus de 50 entreprises spécialisées dans les activités d’abattage et découpe de viandes de boucherie ou de volailles ont permis de caractériser les points de blocage et des leviers d’action pour donner plus de maitrise et donc investir à proprement parler dans la gestion des ressources humaines.

Le diagnostic a fait ressortir la nécessité pour les entreprises de s’approprier les grands chapitres de la gestion des ressources humaines : les entretiens, la gestion des compétences, l’accueil et l’intégration, l’image du secteur et des métiers, en se dotant de quelques outils que le programme DEMINOV a depuis mis à leur disposition.

Lire la suite...

Traitement des sous-produits animaux

|Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format PDF |

Etude préalable à la détermination et à la validation de nouveaux paramètres de conduite de procédé (temps – température) des techniques applicables aux sous-produits animaux pour assurer la sécurité sanitaire

L’Adiv a réalisé, dans le cadre d’une étude financée par l’interprofession bovine et ovine Interbev, des essais de broyage et de traitement thermique sur des sous-produits animaux en combinant plusieurs barèmes temps-température sur du matériel de la société Ecodas. Les résultats de l’étude révèlent l’influence des combinaisons de couple temps-température sur le coût de revient du traitement des sous-produits animaux. Les résultats montrent également qu’une adaptation de ces paramètres est envisageable sans pour autant réduire la sécurité sanitaire des sous-produits animaux traités.

image broyeur 340CONTEXTE ET OBJECTIFS

Les coûts liés à la gestion des sous-produits animaux, et en particulier les coûts associés aux sous-produits de catégorie 1 et 2, représentent une charge importante pour les établissements d’abattage et de découpe de viandes. Les sous-produits animaux de catégorie 1 et 2 ne sont pas collectés dans les établissements de l’industrie des viandes de manière sélective. Ils sont regroupés dans les mêmes contenants et dirigés vers des unités de traitement de catégorie 1 et 2 utilisant les méthodes de transformation précisées par la réglementation à savoir le Règlement (CE) n°142/2011 du 25 février 2011 portant application du Règlement (CE) n°1069/2009 du 21 octobre 2009.

Lire la suite...


qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Mentions légales

Politique de confidentialité

Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2