Traitement des sous-produits animaux

La présente étude s’inscrit dans le cadre des difficultés économiques rencontrées par les industriels du secteur de la viande à assumer les coûts de traitement des sous-produits animaux élevés. La réglementation, qui distingue 3 catégories de sous-produits animaux, impose des paramètres de traitement identiques quelle que soit la catégorie considérée. Mais la réglementation sur les sous-produits animaux a récemment évolué notamment vis-à-vis des sous-produits animaux de catégorie 2 pour lesquels de nouvelles voies de valorisation sont désormais possibles (fabrication d’engrais organiques, de biogaz etc…). L’objet de l’étude était d’évaluer l’intérêt d’adapter les conditions de traitement des sous-produits animaux de catégorie 2 tout en conservant une sécurité sanitaire élevée. L’étude a consisté tout d’abord à sélectionner un site pouvant accueillir la machine développée par la société Ecodas (Roubaix, 59) permettant de broyer et de stériliser les déchets. Des essais ont ensuite été réalisés sur des sous-produits animaux pour 3 couples de traitement temps/température : 133°C-20 min, 138°C-10 min et 121°C-12 min avec l’utilisation d’un germe de référence, Clostridium perfringen. Cette dernière a été choisie comme germe de référence puisqu’elle est la bactérie sporulante prédominante dans les viandes. De plus, les bactéries sporulantes sont les plus résistantes aux barèmes thermiques. Des perspectives d’assouplissement des barèmes ont ensuite été envisagées. Les résultats ont mis en évidence l’influence non négligeable des combinaisons de couple temps-température sur le coût de revient du traitement des sous-produits animaux. Des perspectives d’adaptation des paramètres de température et de durée sont envisageables dès lors qu’une valeur stérilisatrice de traitement aura été fixée avec les autorités compétentes.