La revue Viandes et produits carnés

La revue française de la recherche en viandes et produits carnés  ISSN  2555-8560

flickrfacebooktwitterdiggstumbleuponfeed

 lES DERNIERS ARTICLES PARUS

 
 

Lecture d’actualité : l’élevage des grands camélidés

Si les particularités anatomiques et physiologiques des grands camélidés (dromadaires et chameaux de Bactriane) ont été largement commentés par les chercheurs, les modalités de son élevage (reproduction, lactation, alimentation, engraissement, gestion sanitaire et technico-économique) dans un contexte de "modernisation zootechnique" sont plus rarement exposés. Le livre présent tente de faire une synthèse pratique pour tous les acteurs nouveaux de cette filière émergente.

La production de viande bovine au Brésil et ses perspectives de développement

Avec une production et une exportation en forte croissance ces 20 dernières années, le Brésil s’est imposé comme une nation majeure de l’élevage bovin et du commerce de la viande bovine. Cet article de synthèse a pour objectif de décrire l'évolution au cours de la période 2000-2021 de la chaîne de production de viande bovine brésilienne, de présenter les signes de qualité dans cette filière, ainsi que les attentes des consommateurs en matière de viande bovine. Dans un second temps, cet article essaye de présenter les défis et les perspectives de l'industrie bovine brésilienne, mais également de souligner les impacts positifs que pourrait avoir la mise en œuvre de la méthode « Meat Standards Australia » (MSA) au Brésil en termes économiques, sociaux et technologiques. Les projections pour le marché de la viande bovine au Brésil et dans le monde ont été basées sur des rapports de recherche brésiliens et internationaux. En dépit de la conjoncture économique et sanitaire, les perspectives pour le marché de la viande bovine sont prometteuses. La filière bovine brésilienne s’est fixée pour objectif de faire valoir la fiabilité de ses processus de production, tant dans les élevages que dans les entreprises de viande.

Lecture d’actualité : "La filière viande bovine en Algérie"

L’ouvrage "La filière viande bovine en Algérie" édité par la maison d’édition L’Harmattan décrit l’élevage bovin, la transformation et la distribution de viande bovine en Algérie. Il est organisé en sept chapitres portant sur l’état et les caractéristiques de la filière, les importations de bétail et de viande bovine, les producteurs et collecteurs de bovins viande, les distributeurs, les structures de regroupement et de transformation, les faiblesses de la compétitivité de la filière et la perception de la viande bovine par le consommateur algérien.

La volaille soutient la consommation de viande

La volaille est la seule espèce de viande à avoir vu sa consommation par habitant progresser en France en 2021 (+1%), indique le bilan annuel de la consommation des produits carnés établi par FranceAgriMer. Dans le même temps, celles de porc et d’agneau sont restées stables et celles de bœuf et de veau ont baissé de 0,6%. Toutes espèces confondues, la consommation individuelle de viande par habitant en France a continué sa lente érosion, régulière même si elle a connu des à-coups, depuis 25 ans. Elle s’établit à 84,3 kilo équivalent carcasse de viandes (kgec ), loin du pic de 93,6 kg par habitant observé en 1998. La consommation individuelle de viandes n’a cependant subi qu’un très léger repli par rapport à 2020 (- 0,1 %). A la faveur de la croissance de la population, le bilan global de la consommation française de viande est même en progression (+0,7%).

Enquête auprès des consommateurs de viande bovine (projet BeefQ)

Un sondage en ligne a été mis en place dans le cadre du projet BeefQ pour évaluer l'opinion des professionnels concernant la qualité sensorielle de la viande bovine et les systèmes actuels et futurs d'évaluation des carcasses. L'enquête a été menée en gallois et en anglais entre le 24 janvier et le 12 avril 2021. Au total, 165 réponses ont été recueillies dont 25 en gallois. La majorité des répondants étaient basés au Pays de Galles et en Angleterre et 34% des répondants étaient des agriculteurs. Dans l'ensemble, les répondants pensaient que les consommateurs avaient confiance en la qualité sensorielle de la viande bovine galloise. Cependant, ce n’était pas le cas pour un quart des répondants, dont un quart des agriculteurs. Cela suggère qu'une proportion significative des personnes impliquées dans la production de la viande bovine pense qu'il est possible d'améliorer la satisfaction des consommateurs de viande. La majorité des personnes directement impliquées dans la production et la transformation de la viande bovine était généralement d'avis que la production de viande bovine doit évoluer à partir du système actuel d'évaluation qu’est la grille EUROP. Ces mêmes personnes estiment qu'il existe un besoin d’un système d'évaluation et de paiement pour la qualité sensorielle de la viande bovine. Les opinions sur la manière dont un tel système devrait être mis en œuvre étaient plus diverses, une amélioration du système EUROP actuel n'étant que légèrement favorisée par rapport à un remplacement de ce système. Les répondants ont exprimé une préférence pour un système d'évaluation et de paiement sur la base de la qualité sensorielle qui devrait être mis en œuvre au niveau national au Royaume-Uni, soit par les organismes interprofessionnels, soit par une organisation indépendante. Les répondants ont estimé que l’administration et le financement d’un tel système était du ressors des organismes interprofessionnels, ou d’une organisation indépendante financée par l’interprofession. Les principales préoccupations concernant les difficultés à la mise en œuvre d'un tel système sont liées à la peur du changement et aux problèmes structuraux de la filière tels que le manque de coopération, la répartition équitable des coûts et bénéfices entre les différents maillons professionnels et le manque général de leadership pour impulser un changement. Les avantages mis en évidence comprenaient l'augmentation des volumes de viande vendues, l'amélioration de la valeur-ajoutée au sein de la filière et la réduction du gaspillage grâce à la production d'animaux qui répondent aux exigences des consommateurs.

Perception de la « viande » artificielle par des consommateurs français selon leur régime alimentaire

Suscitant des avis divergents, la culture de cellules musculaires à des fins alimentaires couramment appelée « viande » artificielle par ses promoteurs est annoncée comme susceptible de répondre à la demande grandissante en protéines animales sans les inconvénients de l’élevage. Cette étude vise à appréhender le ressenti de 118 consommateurs vis-à-vis de cette technologie selon leurs régimes alimentaires. Les consommateurs réguliers de viande sont plus favorables à cette technologie que les végétariens et végans dont les convictions les empêchent de goûter la « viande » artificielle et qui perçoivent sa consommation comme un retour en arrière. Cette technologie pose question quant à ses possibles effets indésirables sur la santé (41% des répondants). Environ 30% des personnes interrogées ne croient pas en une bonne qualité de ce produit. Ce dernier suscite toutefois de la curiosité, 80% des sondés ayant envie de goûter ce nouveau produit, sous réserve d’un prix de vente acceptable. De plus, pour 80% des personnes interrogées, ce produit va se généraliser plus ou moins vite car toutes les mentalités évoluent, mais peut être avec des vitesses différentes selon la perception des consommateurs. La dénomination « viande artificielle » ne fait toutefois pas consensus. L’enjeu sémantique est important et l’appellation de ces nouveaux produits ne doit pas tromper le consommateur. Les produits issus de la culture de cellules musculaires ne sont pas perçus comme de la viande.

Calendrier des prochains évènements

Aucun événement

qrcode vpc

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone,
veuillez scanner ce flashcode.


Mentions légales

Politique de confidentialité

Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2