Comment répondre aux attentes de la loi EGalim en filière viande bovine ?

A l’aube du 1er janvier 2022, date à laquelle 50% des produits servis en restauration collective devront être issus de filières durables et de qualité, la région Nouvelle-Aquitaine et la Direction Régionale de l’Agriculture et de l’Alimentation de Nouvelle-Aquitaine (DRAAF NA) ont initié un appel à projet visant à soutenir le développement des circuits alimentaires locaux et des projets alimentaires territoriaux. C’est dans ce contexte que s’est structurée un marque "viande bovine locale" de Nouvelle-Aquitaine en s’appuyant sur un partenariat fort entre différents acteurs de la filière viande de la région. En parallèle, un échantillonnage des restaurants scolaires régionaux a été réalisé et une centaine d’entre eux a été enquêté fin 2019 et début 2020 afin d’identifier les interrogations des professionnels à l’égard de la loi EGalim, et de déterminer leurs attentes en termes de viande bovine locale. Les professionnels enquêtés ont identifié plusieurs freins à l’application de la loi EGalim dans leur établissement, notamment le surcoût engendré ou encore les contraintes liées à la mise en place logistique. Toutefois, ils font état d’une volonté de s’approvisionner en local, et/ou de développer des partenariats avec des producteurs de races locales. Aussi ont-ils manifesté un intérêt fort pour le développement de filières de viande locale.