La revue Viandes et produits carnés

Empreinte environnementale de la viande et des produits carnés

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Les méthodes et enjeux de la mesure de l’impact environnemental de la production de viande et de produits carnés

Les produits carnés sont régulièrement pointés du doigt pour leur empreinte environnementale jugée élevée. Mais de quoi parle-t-on exactement et sur quelles bases les performances environnementales sont-elles calculées ?

aubin

INTRODUCTION

L’accroissement de la population mondiale à 9 milliards d’habitants est un argument régulièrement avancé pour s’intéresser aux questions d’environnement avec une question de fond : aura-t-on assez d’espace pour loger et nourrir cette population ? Certains auteurs montrent déjà un dépassement de la capacité de la planète à s’adapter à certains impacts environnementaux comme le changement climatique, la perte de biodiversité, ou le cycle de l’azote. Ces dépassements pourraient affecter le fonctionnement global des écosystèmes et induire une dégradation plus rapide des conditions de vie pour l’humanité. Une prise de conscience sur l’importance du changement climatique, passé à l’agenda politique depuis la conférence de Kyoto en 1997, a servi de levier pour aborder l’ensemble des conséquences environnementales des activités humaines. Ces généralités cachent néanmoins de très fortes disparités géographiques, que ce soit dans les dynamiques de développement des populations, que dans le type et le niveau des impacts environnementaux. Ces disparités interrogent le sens d’un développement durable qui ne peut s’entendre que dans un équilibre entre des enjeux locaux et des enjeux plus globaux, et en prenant en compte des critères sociaux et économiques ; pas seulement environnementaux. L’alimentation est un des facteurs clés de l’empreinte environnementale des populations humaines. Elle est aussi conditionnée par des critères sociaux et économiques. De façon globale, l’accroissement de la population s’accompagne d’un changement de niveau de vie avec des phases de transition alimentaire et un recours plus prononcé aux ressources carnées dans l’alimentation (Combris et al., 2011).

Lire la suite...

Les filières viande face à leurs défis : quelle vision pour demain ?

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Les filières viande face à leurs défis : quelles visions pour un développement durable du secteur de l’élevage ?

La hausse de la demande en viande résulte en un développement rapide du secteur de l’élevage. Cet article propose une introduction aux défis d’un développement durable de l’élevage.

mottet

INTRODUCTION

À l’horizon 2050, la planète devrait compter 9.6 milliards d’habitants (UN, 2013). L’accroissement démographique devrait être particulièrement marqué dans les zones qui sont fortement dépendantes de l’agriculture et dans lesquelles on enregistre déjà des taux élevés d’insécurité alimentaire.
Comment accroître la productivité, conserver les ressources naturelles et utiliser les intrants de manière durable et efficace ? La grande diversité des systèmes d’élevage dans le monde et les attentes variées portant sur le secteur ont contribué à renforcer les difficultés rencontrées par les politiques publiques en matière d’élevage. Cette diversité a également limité la compréhension de ces nouveaux défis et l’identification de solutions afin de produire plus avec moins et d’une façon qui bénéficie à tous.
Loin de se vouloir une synthèse sur les défis des filières viandes ou un positionnement institutionnel, cet article propose une introduction à la question afin de présenter les principaux enjeux actuels et à venir et les controverses déjà existantes.

Lire la suite...

Colloque - « La viande a-t-elle sa place dans l’alimentation durable ? »

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Présentation et analyse des interventions du colloque du CIV du 14 mai 2014

Le Centre d’information des viandes (CIV) a organisé le 14 mai 2014 un colloque pluridisciplinaire sur les caractéristiques environnementales et nutritionnelles de la viande au regard de l’alimentation durable.

logo

INTRODUCTION

Le colloque organisé le 14 mai dernier par le Centre d’information des viandes (CIV) à l’Institut Pasteur (Paris) avait pour objectif, selon ses initiateurs, « de favoriser l’expression d’un débat sur la place de la viande dans l’alimentation durable », une notion « qui occupe une place croissante dans les politiques alimentaires et agricoles, françaises et internationales » (1). Cette thématique générale a été abordée en deux temps, sous la forme d’une première session à dominante théorique, la seconde à dominante technique. Les communications de la première avaient pour ambition de répondre à la question « La viande est-elle un aliment sain au regard de l’alimentation durable ? » ; les secondes à la question  « Comment aborder le gaspillage au niveau des filières viandes ? » Les interventions pluridisciplinaires des deux sessions (historique, sociologique, vétérinaire, médicale, épidémiologique, environnementale, etc.), ont fait apparaître la diversité des approches possibles de la durabilité de l’élevage et de la viande et parfois l’imbrication complexe de certains critères, notamment environnementaux. Elles ont aussi permis de mettre lumière la nécessité d’inscrire l’élevage et la consommation de viande au sein de l’ensemble plus vaste de l’alimentation durable.

Lire la suite...

Déterminants et enjeux de l’opposition aux projets d’élevages porcins en Bretagne

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract |

Analyse de la perception par les acteurs de la filière porcine

Les projets d’élevages porcins se heurtent régulièrement à des oppositions de la part d’associations d’origines diverses en raison des nuisances qu’ils occasionneraient sur le voisinage ou de leur impact environnemental. En recherchant les déterminants de la contestation, ce travail vise à identifier des leviers favorisant une meilleure cohabitation entre éleveurs et citoyens et facilitant la réalisation de projets d’élevages.

materniteINTRODUCTION

La plupart des maillons de la production et de la transformation des viandes sont soumis à la critique sociale. Sont ainsi remises en cause les conditions de travail dans les industries de la viande, la prise en compte insuffisante du bien-être  animal lors des étapes de transport ou du stress et de la douleur lors de l’abattage.  (Terlouw et al., 2006, 2011 ; Hochereau et Selmi, 2013).
L’élevage, première étape du process, n’échappe pas à la critique. Celui de porcs est particulièrement décrié par les médias et l’opinion publique car, malgré de nombreuses évolutions de ses pratiques, il symbolise souvent les inconvénients liés aux productions animales : les nuisances olfactives (Nicourt, 2000) et impact environnemental (sondages 2012 réalisé par le CSA pour France nature environnement et par agriculteurs de Bretagne). Ces critiques sont particulièrement perceptibles depuis les années 1990 à partir desquelles les habitants du monde rural sont majoritairement issus d’un milieu non agricole (Mathieu, 1998). Cette période correspond aussi à l’émergence, au sein de la société toute entière, et pas seulement rurale, d’une mobilisation autour de la préservation de l’environnement, notamment de la qualité de l’eau, puis, plus récemment, du mode d’élevage des animaux. Ces différentes critiques et attentes  peuvent générer des évolutions réglementaires (Le Programme Maitrise des Pollutions d’origine animale est décidé en 1993, les normes minimales de protection des porcs sont définies par directive européenne en 2008) mais aussi engendrer la critique sociétale de certaines formes d’élevage.

Lire la suite...

Production et consommation d’énergie frigorifique dans la filière viande

| Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format PDF |

Intérêt technico-économique de solutions d’amélioration de la production-consommation d’énergie frigorifique en abattage-découpe-transformation de viandes bovines.

Le secteur agroalimentaire est responsable à lui seul de 57% de la consommation industrielle nationale d’électricité consacrée à la production de froid : le secteur des viandes et produits carnés en est l’un des premiers consommateurs. L’évolution du contexte économique d’accès à l’énergie mais aussi, tout simplement, les limites de l’efficacité énergétique des systèmes disponibles actuels justifient de s’interroger sur les possibilités d’améliorations techniques et économiques de la production de froid.

energie frigorifique image redDe plus, la production et l’application du froid mobilisent une part importante des investissements nécessaires en abattage – découpe – transformation des viandes. La production frigorifique mobilise, selon le niveau d’activité et l’espèce, entre 50 et 70% du total de la consommation électrique des outils d’abattage-découpe-transformation. Le tarif de l’électricité ne cessant d’augmenter depuis 2000, l’enjeu économique pour le secteur est donc loin d’être négligeable.

Les enjeux de qualité (conséquences de non-homogénéité des conditions de traitement en chambre froide,…), de sécurité et d’environnement (au regard des fluides utilisés ou des installations aéroréfrigérantes) peuvent aussi justifier des changements des conditions de production et d’utilisation du froid.

Lire la suite...

Vers une gestion durable des effluents d’abattoirs

| Résumé de l'article | 

Méthanisation des jus d’essorage-pressage des sous-produits d’abattage

Les entreprises du secteur de l’abattage sont à l’origine de rejets liquides importants susceptibles d’être chargés en polluants organiques et ce d’autant plus qu’elle possède sur site des systèmes de pressage des sous-produits animaux. La méthanisation peut constituer une solution séduisante, car novatrice et durable, à cette problématique.

effluents image redUne étude préalable intitulée «Traitements de réduction du volume des sous-produits d’abattage par filtration-essorage-pressage» a permis d’identifier et de tester des techniques simples à mettre en place pour réduire les quantités de sous-produits à évacuer des sites d’abattage et de découpe. 

Cependant, la contrepartie majeure de ce système optimisé est de générer des jus relativement chargés en pollution organique. La méthanisation, processus naturel de dégradation biologique de la matière organique réalisé en absence d’oxygène, appelée aussi fermentation, aboutit à la formation d’un gaz combustible appelé biogaz (CH4 et CO2 pour l’essentiel) et d’un résidu liquide ou solide appelé digestat. Cette alternative, qui permet une dégradation de la matière organique couplée à une production de biogaz directement valorisable sur site, apparaît donc comme une solution d’intérêt à la problématique de la gestion des jus d’essorage-pressage des sous-produits d’abattage.
L’objectif principal de cette étude est donc d’évaluer la faisabilité d’un traitement des jus d’essorage-pressage des sous-produits d’abattage par méthanisation.

 

Lire la suite...

L’impact environnemental des emballages

| Résumé de l'article | 

Comment choisir parmi les différentes solutions proposées ?

Le Grenelle de l’environnement a mis un coup d’accélérateur sur le désir de bien faire en matière d’environnement, et on parle déjà d’affichage environnemental à l’horizon 2011. Par ailleurs, les emballages sont souvent sur la sellette et le consommateur devient de plus en plus critique sur la notion de « sur emballage ». Aujourd’hui les fabricants montrent une vraie volonté de prise en compte des aspects environnementaux. Alors que faire ? Et que peut-on faire sans augmenter le coût ?

emballages image redQuelle solution d’emballage choisir pour les viandes et produits carnés lorsqu’on se soucie de l’environnement ?
L’objet de l’article est de clarifier ce qui semble important de faire d’un point de vue environnementil en suivant une démarche structurée. On montrera qu’il est possible de quantifier les pistes d’améliorations et dès lors, d’avoir une aide pratique pour optimiser les choix. Malheureusement, toutes les solutions d’amélioration ne sont pas possibles pour emballer les produits carnés compte tenu des contraintes de ce marché : alimentarité et conservation.

Lire la suite...

Dindons et environnement

Résumé de l'article | 

Stratégies alimentaires de réduction des rejets azotés et phosphorés

 Dans une situation où les contextes environnementaux et réglementaires visent à réduire les pollutions d’origine animale, des solutions alimentaires sont explorées en volaille. En effet, un abaissement des teneurs en protéine et phosphore de la ration des dindons, sur la période de finition, semble efficace dans la réduction des quantités d’azote et de phosphore présentes dans le fumier.

dindon image redDans les régions à forte densité d’élevage (Bretagne, Pays de la Loire,...), les pressions environnementales et réglementaires mais également sanitaires et économiques incitent les éleveurs à pratiquer une meilleure gestion des rejets animaux. Les deux principaux éléments de fertilisation, qui concourent â une dégradation des sols et des milieux aquatiques, sont l’azote et le phosphore.

Lire la suite...

Réchauffement climatique et effet de serre

Résumé de l'article | 

Diagnostiquer et maîtriser la pollution des entreprises

Afin de réduire, et ce à moindre coût, les émissions de gaz à effet de serre, un système de quotas a été mis en place au niveau Européen. C’est un système d’échanges, s’appuyant sur les mécanismes du marché de l’offre et de la demande. Plusieurs entreprises de la filière viande font partie des sites concernés. Ces mesures sont complétées par le Plan Climat qui préconise la méthode des bilans carbone®. L’Adiv s’est engagée dans un programme d’études visant à mettre en oeuvre cette méthode dans les industries alimentaires.

rechauff image redLe climat est une préoccupation majeure, celui d’aujourd’hui comme celui de demain.
Ces dernières décennies ont été un moment de prise de conscience internationale en matière d’environnement. La révolution industrielle a irrémédiablement modifié les rapports entre l’humanité et la nature.
Les domaines de l’eau ou des déchets ont très vite su mobiliser des énergies. Une des explications est que l’opinion publique a été certainement plus sensibilisée aux atteintes d’une pollution sur une rivière ou sur la mer car les effets sont souvent rapidement visibles. La vision d’un tas d’immondices est aussi quelque chose de très concret qui la touche directement. Le rapprochement entre la pollution et ces conséquences est aisé.

Lire la suite...

Calendrier des prochains évènements

Agenda vpc

Mars 2017
D L Ma Me J V S
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31

Contacter VPC

  • Adresse :    ADIV - 10, Rue Jacqueline Auriol
    ZAC du Parc Industriel des Gravanches
    63039 CLERMONT-FERRAND cedex 2
  • Tél. : +33(0) 4.73.98.53.80
  • Fax : +33(0) 4.73.98.53.85
  • E-mail : contact
  • Site internet : www.adiv.fr

qrcode vpc

 

Pour Accéder au site V&PC depuis votre smartphone, veuillez scanner ce flashcode